Parmi vos compétences, celle de se tenir informé de ce qui se passe dans votre domaine est indispensable. Mais un problème de taille se pose alors : comment rentabiliser le temps passé à chercher ces informations ?

Internet est vaste, le web en est une fenêtre, mais comme toute fenêtre, elle est limitée. Et vous êtes également limité ! Si vous ne faites que de la veille, que deviendra votre travail ?

C’est la raison d’être de plusieurs outils automatisant cette recherche. Ils sont performants, abordable et simples d’accès. Il est préférable de choisir celui (ou ceux) qui vous informeront en temps réel et non via un système réglé à heure fixe. Votre métier bouge, suivez le ! N’attendez pas que quelqu’un en fasse la chronique 😉

 

Alerti est l’une des plate-forme qui a de l’avenir en tant que réel réseau de veille. Vous n’êtes pas seul à effectuer vos recherches, c’est à la fois des outils automatiques, mais aussi d’autres collaborateurs sur votre sujet qui peuvent vous aider. La version gratuite vous ouvre des portes assez grandes pour commencer à avoir une veille pertinente. Le tableau de bord est l’un des avantages de ce système : clair, simple et direct. Le second argument à prendre en compte est l’application iPhone reliée à votre compte pour emmener votre veille partout avec vous.

Simple conseil avec Alerti : comportez vous comme si vous étiez sur un moteur de recherche classique, puis affinez afin d’atterrir sur vos requêtes.

 

Google Alert est LA référence du système de veille gratuite. Réalisée par le géant Google, cette solution vous assure de recevoir les dernières entrées référencées par le n°1 de la recherche. Avantage majeur à utiliser cet outil : le nombre d’alertes que vous pouvez créer avec votre compte GMail, vous pouvez mettre en place jusqu’à 1000 alertes différentes. Prenez simplement l’habitude de générer un flux plutôt que de recevoir par email les alertes, les avantages du temps réel sont à garder.

 

Twitter reste à mon sens l’outil le plus pertinent pour faire de la veille qualifiée. Se basant sur des individus, il propose un système de veille humanisé. Pour garantir une veille efficace, il suffit de sélectionner les comptes à suivre. Disponible sur le web, mobiles, tablettes et tout support numérique, c’est la solution la plus portable sur le marché.

Petit conseil : vérifiez tout de même toute information publié sur le réseau social, il vaut mieux avoir perdu 5 minutes à qualifier une source que de gérer un éventuel bad buzz suite à une utilisation hâtive d’une nouvelle connaissance.

 

Le magazine Management propose dans son numéro d’octobre 2011 d’autres outils de veille : Giga Alert, Social Mention Alert et Favebot. Je ne suis pas persuadé de la pertinence de la mise en avant de ces produits, par contre le fait d’en proposer des méconnus est une approche intéressante. Le guide a été écrit par Yannick Delsahut, fondateur de Goldstark et consultant chez Orsys.

 

Comme me la glissé sur Twitter @Cold_Paradise, Diigo reste un classique de la veille sur Internet. Présent depuis les origines des métiers dédiés à la veille et depuis quelques temps délaissés au profit d’outil plus innovants, il reste un incontournable du sujet.

 

Parmi les autres dérivés de la veille, il est possible d’utiliser NetVibes qui est tout comme Diigo un ancien du web. Aggrégateur de nombreux flux (RSS, Facebook, Twitter, …) il vous offre un tableau de bord complet, avec une gestion intelligente de vos informations. Disponible sur de nombreux supports, il apporte également un système innovant de collaboration.

 

Au final, la veille ne se résume pas à l’utilisation d’un outil magique, mais d’une réflexion profonde sur le but de celle-ci. Avant de vous lancer dans l’utilisation d’un outil de veille, posez vous les questions suivantes :

  • Pourquoi je fais de la veille ?
  • Qu’est-ce que cela va m’apporter ?
  • Qu’est-ce que cela va apporter à mon entreprise ?
  • Que vais-je en faire ?
  • Combien de temps sur ma journée peux y être consacré ?

En pouvant définir ce que la veille peut vous apporter, vous définissez le moyen d’obtenir ces résultats.

Et vous, quels outils utilisez-vous ? Mais surtout : comment partagez-vous les résultats de celle-ci ?