Je vais vous parler un peu de moi pour une fois. Mais aussi de certains de mes amis. Il faut savoir que j’adore décortiquer les choses pour les comprendre. Quitte à passer pour le troll de service 😉

A de nombreuses reprises, nous évoquons le respect de la vie privée, de son sens, de ce qu’elle signifie, jusqu’où nous pouvons la protéger, les moyens humains et techniques pour le faire … Le but n’est pas de refaire le monde (quoique) mais de comprendre les limitations pour les dépasser.

Bien souvent, nous nous heurtons à des concepts désuets ou des blocages légaux établis avant l’arrivée de la technologie. Il suffit de regarder les débats qu’ont déclenchées les Google Glasses. Le combat entre bien-pensants et bien-faisants fait toujours rage. La naissance même d’Internet est issue de cet affrontement.

Internet a été créé par des hippies tout en étant financé par des militaires.

Devenu un espace de « liberté« , difficile à contrôler (comprendre : censurer); celui-ci ne cesse d’évoluer et de casser les codes en place. D’un point de vue pratique, il n’y a pas de liberté d’expression possible si il n’y a pas de liberté des réseaux. C’est justement ce qui est souvent mis en cause.

Le contrôle d’un État Internet n’est pas possible s’il est basé sur des connaissances limitées ou des préjugés immuables.

Internet doit être un endroit dédié à la liberté et non au contrôle.

Le plus agaçant dans cette situation, c’est l’absence médiatique de prise de parole claire et inteligible. Prenez le temps d’ouvrir n’importe quel canard chez votre marchand de journaux, le principal responsable des problèmes des adolescents s’avère être … Internet. Des terroristes s’en prennent à un pays ? Toujours le même coupable. Un suicide ? Encore lui.

Heureusement, ceci n’est pas la vérité vraie. C’est une vérité, qui se fausse selon le point de vue et les connaissances théoriques et techniques qu’on en a.

Internet est un ensemble de canaux où la diffusion d’informations est possible. J’aime beaucoup ce que dit Bernard Benhamou à ce sujet : « Les technologies seront ce que nous en feront« .

J’en ai déjà bien trop écrit, je préfère laisser la parole à ceux qui en parlent si bien. C’est avec un grand plaisir que j’ai suivi hier la diffusion du reportage « Une contre histoire de l’Internet » sur Arte. Vous y retrouverez Richard Stallman (le grand monsieur des logiciels libres), Rick Falvinge (créateur du Parti pirate suédois) ou encore Julian Assange (fondateur de WikiLeaks).


Merci aux personnes ayants réalisées ce documentaire poignant, intelligent, plein de bon sens.