C’est au tour de Thomas -alias DJ Atom de C2C- de se plier à la petite épreuve de l’interview décontractée. Après Abigail des Inrocks et JAMAICA, on reste dans le côté cocorico avec de bons retours concernant l’utilisation des réseaux sociaux en tant qu’artiste.

Et pour le coup, Thomas est un artiste multi-casquettes.

En contact depuis pas mal de temps grâce à Twitter, nous y discutons principalement de musique. J’avais envie de l’embêter sur le versant « 2.0 qui fait le buzz / ramdam« . C’est chose faites désormais !

Si vous avez un groupe et que vous souhaitez aussi participer à ces petites entrevues rapides pour parler de votre utilisation des réseaux sociaux, faites simple : contactez-moi ;-)

atom

 

Hello Thomas ! Merci pour le temps que tu m’accordes avec cette petite interview. Nous sommes en contact depuis pas mal de temps maintenant, et j’avoue que te suivre sur les réseaux est parfois compliqué ! ;-)

Comment fais-tu pour trouver le temps de tout faire ?!

Merci à toi ! En vrai je n’ai pas le temps de tout faire justement :)

Tu es un artiste multi-casquette, comment tu te définirais à ceux qui ne te connaissent pas encore ?

DJ / Turntablist / Ingénieur du son / Producteur.

Avec Beat Torrent ou C2C je m’implique à la fois dans la création, la production et le mixage des morceaux. Avec d’autres projets comme Soul Square ou Gwen Delabar j’interviens sur la mise en forme, les arrangements, la production additionnelle pour finaliser des morceaux déjà composés et enregistrés.

En plus de ça je bosse fréquemment avec d’autres artistes sur de la réalisation sonore/mixage/prod additionnelle (Stromae, Coin Banks, Montmartre, Opé Smith, Dtwice, Pulpalicious …).

> https://soundcloud.com/atomathome/sets/songsimixed-arcadesstudio

Depuis peu je me lance aussi un peu plus en solo, par le biais de remixes pour le moment.

> https://soundcloud.com/atomathome/sets/remixes

Communiquer sur les réseaux sociaux ça représente quoi pour toi ? Une nécessité ou un plaisir ?

Je dirais un mélange des deux, même si je gère encore le truc de façon artisanale pour ce qui concerne mes pages perso, j’ai vu l’impact des réseaux sociaux sur le succès de C2C ces dernières années, ça a été déterminant.

Pas mal d’artistes commencent tout doucement à se mettre à Facebook, Twitter et Youtube. De ton côté, j’ai l’impression que c’est ancré depuis longtemps. Depuis quand discutes-tu avec tes fans sur Internet ? Tu te rappelles du premier commentaire / message que tu as reçu ?

J’ai d’abord commencé par essayer de discuter avec mes héros sur Myspace à l’époque, mais Questlove ne m’a jamais répondu…

En effet c’est cool de pouvoir communiquer directement avec les gens qui me suivent, après j’avoue être beaucoup moins addict à Facebook qu’il y a quelques années.

Même si j’accepte toutes les demandes d’amis sur ma page perso (alors que j’ai aussi une page « fan ») j’essaie de limiter le côté « regardez ce que je fais en live & direct » et plutôt profiter de ce réseau pour diffuser ma musique ou d’autres contenus qui me semblent plus intéressants.

Youtube et Soundcloud sont deux plateformes où on peut retrouver tes productions et celles de C2C. D’ailleurs, le concours de remix de la chanson « Happy » avait été lancée sur cette dernière. Y-a-t-il une raison particulière de procéder de cette façon ?

Le système d’accès aux pistes séparées et de votes via la plateforme Soundcloud nous paraissait crédible, pratique et efficace.

Au-delà de ça on est tous assez fans du concept, c’est vraiment kiffant de pouvoir digger indéfiniment de nouveaux groupes, producteurs. On trouve pas mal de truc cool pour les djset aussi.

Y-a-t-il des contenus que tu réserves à une plateforme plutôt qu’à une autre ? Comment se fait ton choix ?

Pas vraiment, l’idée est que la musique tourne le plus possible.

Du coup, je vais te poser la même question qu’à Antoine de Jamaica : selon toi, la distribution numérique est la solution idéale pour contrer le piratage ?

Idéale je ne sais pas, et je m’interroge aussi sur l’idée de « contrer le piratage »… D’après moi on en est plus là, on a dépassé ce temps où la distribution des biens culturels était contrôlable, le web est ouvert et il y aura toujours de nouvelles façons d’accéder aux fichiers en ligne malgré toutes les restrictions techniques ou légales qu’on pourra inventer.

La question de la rémunération conserve bien sûr son importance mais pour ce qui est de la visibilité des artistes, de la diffusion pure et simple de la musique, ainsi que de la proximité et l’échange avec les auditeurs, toute l’aire numérique a plutôt été très bénéfique aux professionnels de la musique ces dernières années.

Une partie de la « solution » est peut-être à chercher de ce côté (revenus de diffusion Youtube ou autre, crowdfunding, gains de notoriété et d’image sur le net qui influent sur une possible carrière live…)

En tournée, comment utilises-tu ton smartphone ? Accro à Instagram ? A Foursquare ?

En tournée je suis un peu scotché à mon téléphone, plutôt Instagram pour ma part.

As-tu des projets résolument technologiques ? Utilisation de tablettes sur scènes par exemple.

Pas actuellement, on a déjà expérimenté le « scratch sur tablettes » avec C2C, les possibilités peuvent être bluffantes, mais pour l’instant, même si on a déployé un gros arsenal technique/technologique dans la création et le live on a toujours essayé de conserver un aspect « humain » (et pour le coup plutôt retro) de l’utilisation de platines vinyles et du scratch, à l’heure de Ableton Live et du bouton « sync » :-)

Quelles sont les sorties de 2014 que tu conseillerais d’écouter ?

Autant faire une petite playlist !

Merci à Thomas pour le temps et les échanges !