Papier et digital font assez bon ménage. Voici une introduction comme cela faisait longtemps que je n’en avais pas fait … Bref, sujet de l’article : refaire confiance au papier pour mettre en avant un produit / service totalement digital.

Oui, je conseille parfois de faire des 4×3 au lieu d’aller dépenser des budgets en pub sur Facebook.

Alors, pour remettre du contexte, j’ai un ami qui lance pas mal de sites web tout au long de l’année, histoire de voir ce qui peut prendre. Sa problématique était de toucher des locaux, pas uniquement de la visibilité au national. Ce qui m’a rappelé un souvenir pas si lointain.

Pour l’un de mes projets, je m’étais penché sur différents formats papier et j’ai donc pu donner 2/3 conseils (de mon côté ma solution a été de trouver des flyers pas cher).

Je parle bien sûr de Made in Lille dont le nombre de visiteurs sur a bien évolué dans le temps, j’ai eu à me poser la question de rendre plus visible cet annuaire libre-service au plus grand nombre.

Seul souci, je faisais du digital pour du digital. Sans m’être posé la question de l’intérêt potentiel du papier ou des supports plus traditionnels.

Bref, long story short : voici les conseils et retours d’expériences que j’ai partagé au fil de nos discussions.

Exemple de trois façons efficaces qui permettent de relier le print et le digital :

  • Les opt-ins pour qualifier votre CRM et envoyer vos supports papier : oui, on peut demander une adresse postale en plus d’un email
  • Les liens personnalisés trackés pour suivre l’évolution des visites : en gros, faire une landing-page dédiée et optimisée pour vos campagnes et non un lien vers le site générique
  • Les réseaux sociaux et les displays in-store : de façon simple, vous poussez la création de contenu sur lieu physique avec relai par les écrans et récupération possible des productions via une plateforme dédiée dont le lien se trouve sur la brochure

Mais aussi 4 arguments qui mettent en avant l’impression à la demande (ce qui est souvent la réponse à : « vaut mieux passer par un imprimeur local ou à distance ? ») :

  • Quantité : le digital Printing c’est l’impression de masse avec des coûts souvent moins élevés, mais aussi moins de surveillance et d’accompagnement.
  • Timing : ça va souvent bien plus vite car les sites web ne ferment pas à 18h et l’ensemble des Process sont informatisés, vous pouvez être livrés quasiment pour hier.
  • Versions : plusieurs logos, plusieurs couleurs, plusieurs textes … avec la baisse des coûts et la technologie, vous pouvez créer des variations d’un support dans une même commande.
  • Personnalisation : là c’est moins commun mais ça existe et c’est pratique, certains services en ligne vous permettent d’imprimer avec l’utilisation de votre CRM (idéal pour ajouter à la volée le prénom de vos prospects)

Au final, cela fait un paquet de conseils qui ne servent à rien si vous ne vous posez pas une question essentielle qui répond à la question en titre de l’article : focalisez-vous sur votre cible pour déterminer si c’est utile de faire une campagne print.

Dans mon cas, au lieu d’un Flyer, j’ai finalement pris le pari d’aller commander un kakémono. Qu’il faut que je termine !

Ps: si vous cherchez comment faire vos flyers, regardez la liste d’outils pour freelance que j’ai fait la dernière fois 🙂