Lire des emails, regarder son compte Facebook, vérifier ses tweets, lire des articles. Tout cela est simple. Les digital natives n’ont aucun mal à le faire. En revanche dés qu’il s’agit de produire du contenu, tout s’inverse. Il y a une réelle éducation à réaliser auprès des Internautes.

Peu d’utilisateurs et producteurs de contenus savent comment gérer leur écriture sur le web. Il faut impérativement inscrire ces nouvelles possibilités et compétences aux programmes des écoles. Le web évolue, il faut évoluer avec lui.

Je m’en suis rendu compte en donnant cours en université, lors de conférences mais aussi lorsque j’accompagne des clients dans leurs démarches webmarketing.

 

Il y a une méconnaissance totale (ou presque) du domaine de l’Internet.

Ce qu’on peut y faire, comment le faire, comment ne pas y arriver, ce qu’en dis la législation … Ok, ils savent tous se servir d’un site e-commerce et dégainer la carte bleue. Mais combien d’entre vous ont des proches sachant réellement écrire un email, écrire un article ou gérer son image sur le web ?

Il faut remettre au centre du débat du web pour tous un ensemble de notions vitales : les règles d’utilisation de l’Internet.

 

Si je fais un parallèle marquant

Imaginez que vous ne connaissiez pas les bases de la conduite de véhicule. Mais que les voitures étaient en libre-service ou en location. Sans vérification d’un éventuel permis d’utilisation. Est-ce que nous laisserions tout faire ? Les conducteurs ne devraient-ils pas avoir un minimum de connaissances avant de se lancer dans la jungle de la route ?

Evidemment que oui, c’est pour cela que le code de la route est établi et qu’il faut passer un permis de conduire. Le tout contrôlé par la police et la gendarmerie.

Lorsque je discute avec des utilisateurs lambda des réseaux sociaux ou blogueurs lambda, nos propos tournent généralement autour de la façon d’écrire et des informations qui peuvent y être diffusées.

C’est impressionnant qu’à l’heure du 2.0 pour tous, de la génération Y à toutes les sauces, des médias connectés et même de la mise à disposition de smartphone pour tous, que rien ne soit fait pour protéger le consommateur. Ne sommes-nous pas dans l’ère du contenu roi ? (ou contenu R.O.I. pour la plupart d’entre-vous).

 

Il s’agit bien de l’apprentissage d’une nouvelle façon de communiquer

Bien que le Français soit devenu une catastrophe au fil des années et que l’on tient pour principaux responsables les évolutions technologiques, rien n’a été fait pour cadrer l’arrivée de ces moyens de communication. Un peu comme dans un film d’anticipation, vous prévoyez une inondation, avec des arguments et personne de vous écoute. Puis tout le monde râle lorsque l’inondation est passée parcequ’ils n’étaient pas au courant. Soit, le constat est là, mais avec quelques mesures de prévention, le pire pourrait être prévu et maîtrisé.

Il en va de même avec la culture web. On commence à râler, on a vu arriver les évolutions, on a subi les révolutions technologiques, mais on a rien fait pour se préparer collectivement à ces changements.

 

Alors que faire ? Pleurer, se lamenter et constater les futurs dégâts ?

Il faut à notre tour accompagner et former les futurs formateurs. Qui sont-ils ? Nos proches, amis, famille, clients, voisins, professeurs … Cette information aura du mal à venir du haut, alors il faut s’astreindre à faire gronder un mouvement de changement des habitudes. Les interventions récentes du W3C à ce sujet sont claires, présent depuis le départ, le consortium peine à enfin fournir des indications claires et directes concernant la vie privée. Vous pouvez lire un article sur Presse-Citron à ce sujet.

Si l’un des lecteurs de cet article fait parti du système éducatif, il ne faut pas avoir peur 😉

Ces démarches ont déjà étés testés avec la collaboration de l’IMMD à Roubaix. Il a suffit de se pencher activement sur le sujet pour donner les meilleurs conseils et le meilleur accompagnement possible aux étudiants. Ce n’est pas « simple« , mais ce n’est pas si compliqué de faire changer les choses.

 

Tous des héros 2.0 ?

Le but de cet article n’est pas de vous transformer en héros, ou de vous faire croire que j’en suis un. Il est uniquement présent pour vous faire réfléchir et agir. Individuellement la tâche est colossale, collectivement elle devient atteignable, et avec votre aide elle est réalisable.

Ces conseils et règles devraient être établies et communiquées par les entités fournissant les possibilités d’agir sur Internet. Rappelez-vous l’existence des CGU (conditions générales d’utilisation), ne sont-elles pas obscures et indigestes ? Il faut simplifier notre discours pour être compris et entendu.

 

Comment aider ? Comment former ? Comment agir ?

En se rassemblant, formant des tables rondes, impliquant les pros du web et les domaines éducatifs et des médias. L’initiative du e-G8 a permis de réunir le monde autour du web. Maintenant il faut agir au niveau local.

Pour aider à la tâche, il suffit de parler web responsable lorsque vous en avez l’occasion. Rien de compliqué, prenez du temps avec vos proches pour exposer les dangers du web et les bonnes pratiques.

Pour former, là aussi vous avez toutes les cartes en mains. Vous maîtrisez votre sujet, exposez simplement les choses : l’état actuel, les défauts, les bonnes pratiques, l’avantage en résultant.

Pour agir, ça ne dépends que de vous. Préférez-vous être spectateur ou acteur ?

 

Quel est votre ressenti face à cette utilisation du web par les générations d’Internautes autour de vous ?

Article précédent Article suivant