Nouveau service de musique en ligne, Google Music est encore en béta à demi-ouverte. Basée sur le principe appliqué lors du lancement de Gmail, cet espace n’est accessible que sur invitation. Je vous propose de faire le tour de Google Music en 10 screenshots, 10 copies d’écrans pour découvrir ce nouveau service et les petits compléments qui l’accompagne.

Merci à Maud pour l’invitation.

Découverte de Google Music

Première étape : ouvrir l’invitation et se connecter à la plate-forme.

Simple page de description de la plate-forme. Attention, celle-ci n’est disponible qu’aux Etats-Unis, pour faire croire à Google Music que vous êtes résidant US, utilisez un logiciel spécifique (type proxy sur la toile). De mon côté, j’ai utilisé l’excellent Hotspot Shield, gratuit et efficace, souffrant parfois de trop nombreuses publicités. Il s’agit d’un VPN gratuit, en https, sous Mac et Windows.

Deuxième étape : accepter les conditions générales d’utilisation.

Passage assez classique de tout service auquel on souscrit. Pensez a ne pas forcément cocher l’option au dessus du bouton « Agree ». Celui-ci vous propose de recevoir de la publicité de la part de Google. Ce n’est pas un opt-in classique comme sur la plupart des sites européens.

Troisième étape : « vos données sont nos données ».

Toujours très classique dans ses procédures, Google nous indique ce que deviendront nos données personnelles, n’ayant aucun scrupule à leurs fournir ce que je veux, j’accepte donc le deal. Il s’agit en fait d’autoriser Google, comme sur les autres produits, à garder vos informations et de pouvoir les scanner pour enrichir leur base de donnée client. Si vous n’acceptez pas, vous n’aurez pas accés à la plate-forme.

Quatrième étape : « et musique gratuite pour tous ».

Votre bibliothèque musicale sera déjà remplie alors que vous ne l’avez pas encore aperçue. Sélectionnez les genres de musique qui vous intéresse pour avoir accès à des chansons gratuitement. Celles-ci seront disponibles à tout moment depuis le dashboard de la plate-forme, et ce durant tout le temps d’utilisation de Google Music. Vous ne pourrez pas repartir avec.

Cinquième et sixième étape : téléchargez le music manager sur votre ordinateur.

Google Music détectera votre système d’exploitation et vous donnera la marche à suivre pour installer l’application qui vous permettra de gérer votre musique online. Il s’agit d’un logiciel similaire à un logiciel FTP dédié à Google Music.

Suivez les instructions puis cliquez sur « skip » pour découvrir (enfin!) Google Music.

Septième étape : « découvrez notre iTunes ».

Afficionados du logiciel d’Apple, vous ne serez pas dépaysé. Même si l’apparence graphique est conforme aux normes Google, les fonctionnalités sont les mêmes que sur iTunes. Pour la défense de Google, il faut avouer qu’en matière de lecteur audio, les évolutions se font rares et sont régulièrement dominées par la firme à la pomme.

Sur cet écran, vous retrouvez les dernières « actualités » de votre compte : derniers ajouts, dernières lectures, possibilité de lancer un mix automatique, … Même si les fonctionnalités sont classiques, elles sont efficaces. Au niveau technique, tout est réalisé en HTML5, assurant intéropérabilité entre les navigateurs et OS. Du très propre et stable, comme d’habitude pour Google.

Huitième étape : « let the music play ».

En naviguant dans votre bibliothèque, vous agissez comme dans un logiciel classique, double clic pour lire votre musique, la barre du bas pour gérer le son, les options de lecture sont classique mais efficace. Une option vous permet même de noter -non pas comme sur iTunes avec un système d’étoiles- votre musique avec un système ressemblant au « like » de Facebook. « Thumb up » et « thumb down » sont présent sur l’ensemble de vos morceaux pour mettre à Google de mieux vous aiguiller lors des automix (mix automatique selon un morceau choisi, fonctionnalité identique à Genius sur iTunes).

Neuvième étape : éditez votre morceaux directement en ligne.

Un simple clic-droit (comme dans un logiciel) et l’édition des morceaux est possible, en passant de l’artiste à l’album en passant par la pochette ou le genre musical. Il ne reste plus qu’une petite étape pour retrouver vos morceaux. En passant, le choix des titres ajoutés par Google directement lors de l’inscription est vraiment bien, j’ai eu droit à Cab Calloway, Nina Simone ou même Jeff Buckley.

Dixième étape : « en ligne ta musique sera ».

En utilisant votre logiciel Music Manager, vous sélectionnez les dossiers à synchroniser avec votre compte. Vous avez la possibilité de choisir votre bibliothèque iTunes, votre dossier « Ma musique » ou un dossier spécifique. Le logiciel est simple mais bien fait et rempli son rôle. N’attendez pas un logiciel de lecture, il ne fait que la synchronisation.

Comme vous pouvez le voir sur la copie d’écran, j’étais en plein upload d’un album sur Google Music. Je me suis également créé un dossier sur le MacBook dédié aux synchronisations vers Google Music. L’intérêt doit également résider dans la mise à disposition d’une application Android pour Google Music. Cependant n’ayant pas de téléphone Android au moment des tests, je ne peux pas vous en faire un retour.

 

Conclusion sur cette première approche de Google Music :

Pas totalement conquis, mais très accroché, je reste sur ma faim face au catalogue musical. Pas d’offre directement liée à son contenu, bibliothèque figée selon les envois sur la plate-forme, dépendance totale avec un ordinateur fixe pour la mise à jour du compte …

Un certain nombre de petits défauts de jeunesse, justifiant la mention béta, et justifiant son ouverture restreinte au sol américain. Toutefois, étant nomade dans l’âme, dématérialiser mon catalogue musical est devenu une « nécessité« .

Ce qui m’inquiètes pour de telles offres comme Google Music, Spotify ou Deezer, c’est la couverture du réseau téléphonique sur le sol français. S’il n’est pas aussi désastreux qu’il laisse imaginer, il n’est pas taillé pour assurer une liaison permanente en 3G sur l’ensemble du territoire.

Comment concilier alors l’offre cloud avec un cache temporaire sur les terminaux mobiles ?

Invitations à Google Music

Si vous désirez des invitations pour rejoindre Google, laissez moi de quoi vous contacter dans les commentaires sous l’article. Un tirage au sort sera organisé, je n’ai que 3 invitations à disposition.

Edit : le tirage au sort à eu lieu, retrouvez la liste des gagnants sur cet article ! Merci à toutes et à tous d’avoir participé !

 

Article précédent Article suivant