Certains principes, ou réalités, sont difficile à saisir correctement. Tout particulièrement à propos des médias sociaux. L’une des règle les plus ignorée mais l’une des plus intégrée implicitement est la règle des 1-9-90, qui se présente un peu comme le pendant « média social » de la règle des 80/20 (loi de Pareto, cf Wikipédia).

Voici la décomposition de ces 1-9-90 :

  • 1% de vos internautes sont des créateurs de contenu à valeur ajoutée
  • 9% de vos internautes vont réagir au contenu produit
  • 90% de vos internautes ne feront rien à part lire ce que les autres ont produits et les réactions/discussions associés

Il n’y aura donc que 1% des visiteurs qui proposeront du nouveau contenu, ils sont créateurs : des idées qu’ils ont envie de partager, sous la forme de nouveau contenu, de commentaires construits et faisant avancer les choses, … Ils initient les choses, les lancent et font avancer le schmilblick.

A la suite, 9% des visiteurs sont des éditeurs. Eux vont réagir au contenu, ajouter un commentaire, déposer une note sur un produit, faire suivre un lien, … La valeur ajoutée est souvent limitée.

Et enfin, l’audience plus générale du site est composée des 90% restants. Ce sont des visiteurs passifs, et l’erreur à ne pas commettre c’est de penser vos contenus pour les 10% restants, et non eux. Ce n’est pas parce-qu’ils n’ont pas participé, partagé un lien, commenté, … qu’ils n’ont pas lus votre contenu. Oublier de s’intéresser 90% de ses internautes c’est croire que sa marque, son identité, son produit, n’existe et ne vie qu’à travers 10% de ses internautes, c’est se tromper.

Il est souvent entendu, lors d’un reporting à propos d’un project incluant les médias sociaux, les intervenants se plaindre qu’il n’y a « que » 200 fans de la marque sur Facebook, ou « que » 100 followers sur twitter, ou « que » 300 interactions sur la page FB de la marque, ou « que » 2 commentaires sur le blog, … Il est sûr que, pour le marketing traditionnel, ces chiffres sont effrayants, mais lorsqu’on parle de médias sociaux, on doit réellement changer son étalon de mesure.

Article précédent Article suivant