« Souriez, vous êtes filmés ! », vous aussi vous connaissez cette rengaine. Dans les rues, dans les parcs, dans les transports en commun, devant les commerces, devant les écoles; il y a bien souvent un boitier qui vous observe. Nous sommes constamment épiés « pour notre bien ».

Mais à quoi servent ces données que l’on collecte sans consentement ? Je pense particulièrement aux données récoltées par des sociétés privées.

Ça c’est une bonne question, non ?

Surtout lorsqu’on découvre le nombre de caméras en utilisation dans nos villes grâce à http://lille.sous-surveillance.net/. Pour être franc, avant de visiter ce site, je ne savais pas que Lille était autant sous surveillance.

Lille_-_Cartographie_collaborative_et_ressources_contre_la_vidéo-surveillance

Je vous invite à vous perdre sur la carte, changez de ville, cliquez sur les différents spots pour découvrir l’angle de la caméra et à qui elle appartient …

Basée sur les données publiques disponibles sur Internet, cette carte collaborative est destinée à être améliorée et complétée par les utilisateurs.

D’un outil automatique, le site est devenu un réseau social d’entraide (dans le but d’améliorer et de qualifier le contenu). Entre citoyens concernés, simples curieux et activistes de tout poil.

Influencé par la lecture de 1984 d’Orwell, les avancées technologiques me passionnent, m’attirent et me font (parfois, un peu) peur. Comment arrivons-nous à réellement maîtriser les données collectées sur nos faits et gestes ? À la fois en ligne mais surtout hors-ligne, dans la vie, la vraie.

Programmes de fidélité, monitoring de nos consommations téléphoniques, HADOPI, Patriot Act, maîtrise des marchés d’applications mobiles selon le territoire … Nous sommes sous le regard fou d’un mec qui utilise un microscope pour nous décortiquer, et nous sommes d’accord par défaut.

Un data analyst accro à la compréhension de nos habitudes.

J’arrête là le ton alarmiste, après tout, je ne suis pas le dernier à partager des bouts de vie un peu partout sur la toile.

Le tout est de savoir que mine de rien … nous ne sommes pas seuls.

Article précédent Article suivant