Travailler à distance est une pratique qui commence à être répandue. En revanche, celle-ci est souvent brouillonne, peu de conseils, d’outils réellement incontournables, d’aide réelle entre les acteurs … Rien n’est fait pour faciliter la vie des SBF (sans bureau fixe).

Par contre, Internet regorge de bons outils pour nous permettre de travailler efficacement peu importe le lieu, la connexion, le temps que l’on a. Dans la société de l’hyperconsommation, nous arrivons à tirer notre épingle du jeu concernant la rapidité et la facilité d’accès à l’information. Reste à savoir quels sont les moyens à disposition pour la créer.

Je ne vais pas faire d’éloge aux programmes que je vais citer, je ne vais que vous proposer les outils que j’utilise et vous en donner quelques raisons. L’avantage du travail nomade, c’est que tout comme pour les bureaux, les outils sont également interchangeable.

Maintenant c’est à vous de décider comment travailler. Après tout, si vous n’êtes plus dans un bureau, c’est un peu pour décider de votre façon de travailler non ? 😉

 

1. Le matériel :

Notebook : je me sers principalement d’un notebook HP, pas de mention particulière le concernant. Je souhaitai avant tout être libre de le déplacer simplement dans un sac sans être encombrant. Doté d’une autonomie de 7h, il me permet de suivre les conférences ou de travailler dans le train tout en restant indépendant de toute prise électrique.

Ses qualités sont donc d’être autonome au niveau de la batterie, d’être léger et d’avoir des caractéristiques techniques moyenne : Windows 7, 320 Go de disque dur, 2Go de mémoire vive, suite bureautique Office 2007 et quelques autres logiciels (j’y reviendrai plus tard pour la partie logicielle).

Disques durs externes : 1 dans la sacoche (Western Digital 250Go) et 1 à la maison (Western Digital 320 Go). Dans le premier, une copie des documents du notebook, dans le second une copie complète du notebook.

Smartphone : BlackBerry Curve, connecté à tout moment aux emails et réseaux sociaux (sauf quand les serveurs RIM sont hors-service …). Il me permet d’être toujours au courant des derniers événements et de pouvoir être réactif. Grâce à sa batterie, je peux me passer de le recharger tout les jours.

 

2. Les logiciels offline :

Bureautique : la suite Office de Microsoft permet d’être efficace sur l’ensemble des documents à produire. Que cela soit du traitement de texte, de la facturation ou de l’email. Je peux ainsi me faire une copie de ce qui se passe dans le cloud.

Navigateur : Google Chrome reste maître dans la catégorie. Rapidité, fiabilité, évolutivité : que des points forts par rapport à Internet Explorer ou Mozilla Firefox. Je n’utilise que très peu de plugins : bit.ly pour raccourcir mes URL, PageRank pour le consulter en temps réel, YSlow pour étudier en détail une page web, ReadItLater pour gérer mes marques-pages de sites à visiter. Je n’ai volontairement pas mis de gestionnaire de favoris partagés.

MindMap : J’utilise Mindjet Mind Manager pour créer mes cartes mentales, référence en la matière il allie rapidité et lisibilité. La plupart de mes cours et articles sont d’abort posés dessus avant d’être rédigés.

Adobe Photoshop : Référence du logiciel de retouche de photographies, rien de plus à déclarer 🙂

 

3. Le cloud

Google Docs : produire de partout tout le temps, c’est mon but. Peu importe le poste que j’utilise pour créer mes documents, Google me permet de centraliser mes productions en un seul endroit. Le tout gratuitement !

Serveur personnel : hébergement du blog, des emails, de certains documents, … L’atout du serveur privé est d’avoir un espace libre de tout engagement chez un prestataire pouvant ne pas être accessible lorsque j’en ai besoin.

Skype : communiquer est mon credo, c’est pourquoi j’utilise ce logiciel de messagerie à la fois pour la vidéo-conférence et pour le contact client.

Réseaux sociaux : à la fois pour être au courant mais aussi pour dialoguer directement avec les bons acteurs. Inutile de vous rappeler sur quels réseaux je suis, il suffit de regarder la page contact !

 

4. …

Il n’y a pas de quatrième point ! Ce sont les quelques éléments dont j’ai besoin pour alimenter mes différents blogs et continuer à travailler sur les dossiers de mes clients. Il y a une foule d’autres conseils et services à conseiller. Mais ceci va faire partie d’une nouvelle rubrique : “travail nomade”. Restez à l’écoute !

 

Avez-vous des outils / logiciels à conseiller pour continuer à travailler peu importe le lieu ?

Article précédent Article suivant