Quelques astuces pour bien gérer ses contenus Google AMP

Google AMP developpeur web

L’une des grandes avancées pour Google cette année a été de proposer aux éditeurs de contenus de migrer massivement vers la technologie AMP.

Il s’agit en fait d’un ensemble de bonnes pratiques dictées par Google pour des sites médias avec pas mal de contenus. Dans le concret, il s’agit de proposer une version allégée des pages web pour une consommation rapide et sans surcharge technologique (et publicitaires).

Pour faire encore plus simple, il faut essayer de voir cette partie comme la version contenu uniquement. Sans habillage complexe ou personnalisation ultra-poussée de la navigation. Ici, on s’attarde sur ce qu’on raconte, pas sur l’emballage.

Le mobile est devenu la source principale de consommation d’informations, c’est pourquoi le format AMP est désormais aussi présent. A terme, il s’agit aussi de proposer aux sites médias d’apparaître nativement sur des plateformes type Google Actualités rapidement et efficacement.

Du coup, il faut faire attention au bon passage en AMP de ses contenus.

Étape zéro : bien comprendre les enjeux

Les contenus AMP vont apparaître nativement dans les produits Google, notamment la partie recherche où les pages seront mis-en-avant rapidement.

Voici d’ailleurs un topo bien complet sur le sujet pour vous garantir une bonne présence dans les résultats de recherche : Consignes relatives à l’AMP dans la recherche Google - Aide Search Console.

Par ailleurs, certaines applications d’actualités vont proposer (ou proposent déjà) les contenus AMP pour leurs lecteurs.

Première étape : ajouter de quoi générer la partie AMP

Si vous utilisez WordPress, plusieurs plugins vous permettent de gérer facilement la génération des contenus en AMP.

Si vous utilisez une autre plateforme, tentez de trouver une astuce technique pour ne pas avoir à développer à la main un outil.

Dans le cas où vous devez passer par cette étape, voici un beau guide pour être sûr de ne rien oublier : AMP HTML Specification – AMP.

Deuxième étape : produire du contenu

Et oui, si vous souhaitez avoir du contenu à proposer, rédigez du contenu. Assurez-vous simplement de respecter les standards du web dans le format classique et le formatage AMP pour … le format AMP.

Si vous souhaitez tester votre contenu HTML à destination du format AMP, prenez donc en main ce petit outil : AMP Playground.

Troisième étape : vérifier un contenu AMP

Avoir du contenu c’est cool, le publier c’est mieux, qu’il soit bien en AMP c’est plutôt génial.

Heureusement pour nous, il existe quelques méthodes pour vérifier qu’un contenu est bien valide pour qu’il soit ré-utilisé et bien compris par Google (et ses nombreux processus de validation de sources).

  • Vérifier son code source HTML de page AMP : avec cet outil vous avez la possibilité de vérifier la bonne validité de votre code - The AMP Validator.
  • Vérifier si une page publiée est bien valide côté AMP : la nouvelle version de la Search Console est pleine de surprise, un lien un peu caché permet de vérifier n’importe quelle page en ligne - Test AMP - Google Search Console.
  • Faire un check d’une page locale ou en ligne, c’est possible : il suffit d’indiquer l’URL puis de choisir le User Agent qui visitera le(s) lien(s) - Accelerated Mobile Pages (AMP) Validator | TechnicalSEO.com.

Une astuce pour ceux qui développent

Si vous êtes du côté des développeurs, prenez le réflexe d’utiliser Google Chrome pour vérifier vos productions. Grâce à ce navigateur, nous pouvons nous servir d’une Console qui s’avère bien bavarde.

Du coup, dans l’ordre :

  • Ouvrez votre page AMP dans le navigateur.
  • Ajoutez ceci à l’URL : "#development=1" (par exemple http://localhost:8000/monsupertest.amp.html#development=1).
  • Ouvrez la console et partez voir ce qu’elle vous raconte (clic-droit puis « Inspecter la page » si vous avez un trou de mémoire).

Article précédent Article suivant